To the English version

Il était déjà tard lorsque je décidai de rentrer chez moi. La neige tombait toujours et le froid était lui aussi de la partie. Un éternuement bruyant me fit soudain sursauter et, par curiosité, je me dirigeai vers l’origine du bruit, non loin de la tour du clocher de l’église Saint-Nicolas.
Je découvris un spectacle particulièrement surprenant : un traîneau auquel étaient attelés des rennes. Un personnage à la barbe et aux cheveux blancs, vêtu d’un costume rouge était debout devant l’animal de tête.
« Allons, Rudolphe, ce n’est pas le moment de me faire faux bond ! »
« Comme si c’était ma faute ! Atchoum ! »
Je n’en croyais pas mes yeux. Un renne qui parlait ! Le Père Noël remarqua soudain ma présence et soupira : « Nous sommes repérés… »
« Je crois que votre renne a besoin d’un docteur vétérinaire, » dis-je en m’approchant.
Le visage du Père Noël s’illumina : « Un docteur ! Mais oui, voilà la solution ! »
Tirant un téléphone portable de la poche de sa veste, il envoya un message. L’instant d’après, un étrange bruit retentit. Une cabine téléphonique bleue foncée se matérialisa près de nous. La porte s’ouvrit et un homme en sortit. Vêtu d’un costume redingote noir, il avait des cheveux gris et d’épais sourcils qui paraissaient prendre vie dès qu’il parlait.
« Ah, voici le malade ! » S’exclama-t-il en avisant Rudolphe.
« Vous êtes le docteur ? » Demandai-je un peu bêtement.
« Tout à fait ! »
Il ne lui fallut pas longtemps pour établir un diagnostic. Le renne souffrait d’une allergie. Par chance, il possédait un antidote. Le Père Noël fit remarquer qu’il avait pris du retard dans sa livraison et le docteur proposa de lui prêter main-forte. Devant mon air ébahi, Rudolphe m’expliqua que le docteur voyageait dans le temps et l’espace.
« D’ailleurs, ce n’est pas ma première visite dans votre ville… » Déclara le docteur. « La dernière fois que je suis passé, j’ai égaré un ensemble de vases qui m’avait été offert par un Celte. Le temps que je me rende compte de leur absence, les vases avaient été découverts par des ouvriers. Cela a fait toute une histoire ! Impossible de les récupérer, évidemment. Je me demande si on parle encore de ces vases aujourd’hui… »
« Ils ont fait l’objet d’un film, » annonçai-je.
« Quelle bonne nouvelle ! » S’écria le docteur. « Et à présent, Père Noël, que diriez-vous de distribuer vos cadeaux ensemble ? »
J’assistais au départ de l’étrange cabine téléphonique et à l’envol du traîneau. Les yeux tournés vers le ciel, j’entendis un éternuement dans le lointain.
« Le Père Noël et un voyageur spatio-temporel… Personne ne me croira si je raconte cette histoire… » Murmurai-je avant de reprendre mon chemin, un sourire aux lèvres.